HISTOIRE DES THEORIES LINGUISTIQUES


1

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

1 [2016/04/26 08:28]
faivre créée
1 [2017/02/15 16:42] (Version actuelle)
faivre
Ligne 1: Ligne 1:
-====2015 Histoire de l'​automatisation====+====2016 History of quantitative linguistics in France====
  
-**Léon, ​Jacqueline**, //Histoire de l'​automatisation des sciences du langage//, Lyon, ENS éditions, 2015, 218 p., ISBN 978-2-84788-653-5, prix : 19 euros.+**Jacqueline ​Léon, ​Sylvain Loiseau (eds)**, //History of quantitative linguistics in France//. Lüdenscheid : RAM-Verlag2016 (Studies in Quantitative Linguistics24) ISBN 978-3-942303-44-6
  
-{{:​couv-1.jpg?​100 }} Cet ouvrage, consacré à l'histoire de l'​automatisation mathématisation des sciences du langagese situe en histoire et épistémologie ​des sciences du langage. Il s'​inscrit dans l’histoire du récent. Deux moments sont distingué : la traduction automatique dans les années 1950, et les études sur corpus informatisés dans les années 1990 avec le développement inédit ​des ordinateurs. La traduction automatiqueissue des sciences ​de la guerre, a été conçue comme technologie de guerre froide aux États-Unis pour fournir des traductions en série des travaux soviétiquesElle été conçue ​en dehors de la linguistiqueLouvrage s’attache à montrerselon une approche comparative,​ comment les sciences du langage ont intégré cette technologie pour amorcer leur automatisation. ​Cette intégration revêt diverses formes selon les traditions culturelles et linguistiques ​des pays impliqués ​(États-Unisex-URSSGrande-Bretagne ​et France). Les études sur corpus au contraire se situent dans la continuité ​de thématiques familières ​aux sciences du langagenotamment ​l’étude ​des textesécrits ​et oraux, ​et du lexique.[[http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/​fr/​livre/?​GCOI=29021100891390|Informations complémentaires]]+{{:​couv-1.jpg?​100 }} Cet ouvrage, consacré à lhistoire de la linguistique quantitative en Franceest centré sur les recherches ayant impliqué ​des méthodes mathématiques ou l’usage et l’interprétation de données quantitatives,​ à l’exclusion ​des méthodes computationnelles, des grands corpus et de la modélisation formelleLa linguistique quantitative ​un statut spécial ​en FranceContrairement à dautres payselle est une des voies de la formalisation de la linguistique et de son automatisation. ​Dans les années 1940-50 les recherches en linguistique quantitative se caractérisent par le développement ​des études statistiques de vocabulaires à la fois sous l’impulsion de linguistes ​(Mario RoquesMarcel CohenPierre Guiraud, Georges Gougenheim, Charles Muller) ​et de mathématiciens (Benoît Mandelbrot, René Moreau). Elles ont donné lieu à la création du premier grand corpus, //le Trésor ​de la Langue Française//​ et aux développements de la lexicométrie dès les années 1960. Avec cette dernièreles statistiques lexicales ont évolué vers les statistiques textuelles et une importance accordée aux corpus textuels encore perceptible aujourd’hui. L’ouvrage aborde également des modèles et des théories mathématiques influentes dans les recherches menées en France comme l’analyse ​des correspondances de Jean-Paul Benzécrila théorie des catastrophes de René Thom et la morpho-dynamique de Jean Petitot. Au fil des onze contributions de l’ouvrage sont abordées les questions suivantes sur les rapports entre linguistique ​et mathématiques:​ Quelle modélisation ​du langage est opérée par les mathématiques ? Les statistiques doivent-elles être considérées par les sciences du langage comme de simples outils ou bien de véritables modèles? Quelles ont été, durant la période considérée,​ les contributions de la linguistique quantitative à la linguistique ? 
 + 
 +{{::sommaire-history-of-quantitative-linguistics-in-france.pdf|Sommaire de l'​ouvrage}}
  
 [[laboratoire:​ouvrages|Liste complète des ouvrages publiés]] [[laboratoire:​ouvrages|Liste complète des ouvrages publiés]]
1.txt · Dernière modification: 2017/02/15 16:42 par faivre