HTL

Bienvenue sur le site de l'UMR7597

Laboratoire dirigé par Emilie Aussant et Christian Puech

Le laboratoire est le lieu d’élaboration et de diffusion des recherches sur l’histoire des conceptions du langage et des langues. Il couvre de nombreuses aires culturelles et rassemble principalement des linguistes, spécialistes de langues variées (allemand, anglais, arabe, espagnol, français, grec, hébreu, italien, islandais, khaling rai, koyi rai, langues slaves, latin, mayalam, persan, portugais du Brésil, sanskrit, tagalog, tamoul, thulung rai), ainsi que des historiens et des philosophes.

Pour en savoir plus

Projets et réalisations du laboratoire

Pour en savoir plus

Actualités du laboratoire

colSHESL

Colloque SHESL-HTL 2015
Corpus et constitution des savoirs linguistiques. Les vendredi 30 et 31 janvier 2015, à Paris Informations

seminHTL

Séminaire de recherche du laboratoire HTL 2014
"Linguistique et théories de l'esprit, avant l'émergence de la psychologie expérimentale et après." Le séminaire de recherche 2014 du laboratoire d'Histoire des Théories Linguistiques, organisé en partenariat avec l'axe 7 du Labex EFL, débutera le 17 janvier. Le séminaire se tiendra un vendredi sur deux, de 13h00 à 15h00, dans le bâtiment Olympe de Gouges (salle 103 pour la séance du 17 janvier, salle 131 pour toutes les autres séances), sur le campus des Grands Moulins de l'Université Paris Diderot. Informations

Les autres actualités

Ressources en HTL

carnets

Les carnets d'HTL
Retrouvez à présent les annonces de colloques et les parutions en histoire des théories linguistiques en continu sur notre nouveau site Les Carnets d'HTL développé sur hypothèses.org

La revue Histoire Epistémologie Langage

hel

Le site de la revue propose une présentation de la revue et des informations sur la disponibité des numéros. Les articles des numéros anciens sont maintenant disponible sur Persée en accès libre. La revue publie également "les dossiers d'HEL" supplément électronique gratuit à la revue HEL, sont disponibles actuellement les numéros suivants :

Ouvrages publiés récemment

toutainToutain, Anne-Gaëlle, La rupture saussurienne : l’espace du langage, Louvain-la-Neuve, Academia, 2014, 394 p., coll. Sciences du langage : carrefours et points de vue, 11, ISBN 978-2-8061-0145-7, prix : 44 euros.

Cet ouvrage propose une lecture radicalement nouvelle de la pensée saussurienne, fondée sur la reconnaissance de la distinction entre langue et idiome instaurée par la théorie saussurienne de la langue. Cette distinction, qui a été recouverte par l’ensemble de la linguistique postsaussurienne, ouvre l’espace du langage comme espace de théorisation, et cette lecture de Saussure donne ainsi lieu à une reconsidération des rapports entre linguistique et psychanalyse ainsi que de la question de la neurolinguistique.Table des matières en ligne

testenoireTestenoire, Pierre-Yves, Ferdinand de Saussure à la recherche des anagrammes, Limoges, Lambert-Lucas, 2013, 350 p., ISBN 978-2-35935-048-7.

La recherche de Ferdinand de Saussure sur les anagrammes poétiques (1906-1909) a depuis sa découverte dans les années soixante alimenté des entreprises théoriques fort diverses. De Jakobson à Lacan, de Starobinski à Kristeva, de Derrida à Baudrillard, l’anagramme saussurien a connu une postérité brillante, vivace et polymorphe. La productivité du concept révèle aussi le flou dans lequel est tenu le travail saussurien. Cinquante années après les premières publications fragmentaires, il reste entouré de mystère, les textes qui le consignent demeurant dans l’ensemble inédits. Déterminer les enjeux épistémologiques de cette recherche sur la base d’une publication (F. de Saussure, Anagrammes homériques, Limoges, Lambert-Lucas, 2013), telle est l’ambition du présent ouvrage. Historique et méthodique, l’enquête permet une analyse précise des recherches de Ferdinand de Saussure sur le texte de l’Iliade et de l’Odyssée. De nouveaux aspects de son questionnement affleurent, alors que d’autres s’enrichissent, au carrefour de la philologie, de la linguistique et de la poétique. Url de référence : http://www.lambert-lucas.com/ferdinand-de-saussure-a-la

Grondeux Grondeux, Anne, À l'école de Cassiodore. Les figures « extravagantes » dans la tradition occidentale, Turnhout, Brepols, 2013, coll.: Corpus Christianorum Lingua Patrum (CCLP 7), 388 p., ISBN 9782503549019, prix: 170 euros HT.

L'étude des figures employées par Cassiodore dans son Expositio psalmorum et de leur postérité répond à plusieurs questions, celle de la constitution, au VIe siècle, d'une terminologie savante qui puise à des sources grecques, celle de la transmission d'une branche du savoir antique au Moyen Âge, celle enfin du rôle des figures dans l'exégèse. De même que les arts libéraux se voulaient alors au service de l'exégèse, l'histoire de ces disciplines peut en effet aujourd'hui servir à celle de l'exégèse. De Cassiodore à Lanfranc, Manegold, Anselme de Laon, Bruno le Chartreux et Pierre Lombard , l'étude de figures utilisées pour commenter l'Écriture fait apparaître les liens entre certains commentaires mediévaux, car le recours à un vocabulaire spécialisé trahit des filiations, et jette un éclairage nouveau sur certains problèmes d'attribution. Elle met aussi en lumière les sources autres qu'exégètiques auxquelles certains maîtres ont eu recours, en liaison avec les commentaires de poètes antiques enseignés dans les écoles et la grammaire de Priscien. Elle révèle une double dynamique de remploi sélectif de la terminologie antique et de renouvellement original, ainsi qu'un va-et-vient entre arts libéraux vers l'exégèse, puisque cette terminologie se trouve partiellement récupérée par les grammaires à partir du XIIe siècle.

SaussureSaussure, Ferdinand de, Anagrammes homériques, Edition et présentation de Pierre-Yves Testenoire, préface de Daniele Gambarara, Limoges, Lambert-Lucas, 2013, 450 p., ISBN 978-2-35935-047-0, prix : 60 euros.

Ferdinand de Saussure développe en 1906 l’hypothèse d’un principe de composition des poésies anciennes : l’anagramme. Il y consacre, trois ans durant, plus d’une centaine de cahiers manuscrits sans en publier une ligne. Ces travaux, découverts dans les années soixante, ne sont connus depuis que par des extraits. Qualifiés tantôt de géniaux, tantôt de délirants, ils restent, faute de réelle édition, largement méconnus. Anagrammes homériques vient combler cette lacune. Établie selon des principes philologiques, la présente édition contient la totalité des textes connus relatifs aux anagrammes dans la poésie homérique ; elle donne pour la première fois accès à un corpus cohérent de travaux de poétique de Ferdinand de Saussure. Réunissant vingt-quatre cahiers et quelques feuillets séparés, elle permet de comprendre l’élaboration et les développements progressifs de l’hypothèse anagrammatique. L’analyse minutieuse des vers de l’Iliade et de l’Odyssée tente de saisir le travail vocal à l’œuvre dans la fusion poétique – nouveau versant de l’entreprise linguistique et poéticienne de Saussure. http://www.lambert-lucas.com/anagrammes-homeriques

Kessler Kessler-Mesguich, Sophie, Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1508-1680), Avant-propos de Max Engammare, Genève, Droz, 2013, coll.: Travaux d'Humanisme et Renaissance, xiv, 314 p., ISBN 978-2-600-01641-4, prix : 60 CHF.

Sophie Kessler-Mesguich nous a quittés trop tôt, beaucoup trop tôt (8 février 2010), sans avoir eu le temps de donner la mesure de tout ce qu’elle connaissait de la grammaire historique de l’hébreu, sans avoir pu achever cette grammaire de l’hébreu moderne qui était devenue son dessein majeur. Elle n’avait jamais publié sa thèse de doctorat, soutenue le 19 décembre 1994 à l’Université de Paris VIII, voulant constamment la parfaire. Cette thèse, Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1510- 1685), n'a pourtant pas pris une ride et il était indispensable de la publier. Une double compétence est exigible pour quiconque souhaite étudier les grammaires de l’hébreu en France au seizième siècle : une maîtrise de l’hébreu (et de l’araméen) et une familiarité érudite du latin linguistique de la Renaissance. Sophie Kessler-Mesguich avait acquis ces deux compétences. Personne avant elle n’avait si bien présenté et analysé l’œuvre de François Tissard, la publication de son Alphabetum Hebraicum et de sa Grammatica Hebraica, ayant identifié toutes les sources de Tissard. Qui est capable de reprendre un tel travail et de nous montrer que c’est en helléniste que Tissard a approché la langue hébraïque et utilisé la grammaire de Qimhi? On peut formuler une question identique avec Sante Pagnini et ses Hebraicarum institutionum libri quatuor de 1526. Sophie Kessler-Mesguich a ainsi établi que le premier livre des Institutiones Hebraicæ est “remarquable par sa précision, tant dans la description phonétique que dans les transcriptions”. Quant au deuxième livre, consacré au nom et au pronom, l'auteur montre que Pagnini s’appuie à la fois sur le Mikhlol de David Qimhi et sur le Ma‘aseh ’Efod. Tout au long de ce livre, le spécialiste comme le débutant sont éclairés et nourris, très souvent conquis. Le sommaire complet est disponible chez l'éditeur : http://www.droz.org/fr/5856-9782600016414.html#/support-livre_reli%C3%A9

Les autres ouvrages

Laboratoire d'histoire des théories linguistiques - UMR 7597CNRS etUniversité Paris Diderot Paris 7, associé à l'Université Sorbonne Nouvelle
Adresse postale: Case Postale 7034 - 5 rue Thomas Mann - 75205 Paris cedex 13
Adresse géographique: UFR Linguistique, Bâtiment Olympe de Gouges, rue Albert Einstein, Paris 13e, 6e étage
Téléphone: (+33) (0)1 57 27 57 62 - Télécopie: (+33) (0)1 57 27 56 43
Directrice du laboratoire : Emilie Aussant

Cyberthécaire : Elisabeth Lazcano - Site référencé dans les "signets de la BNF" - mise à jour novembre 2013
Les archives du site HTL sur la Wayback machine de Internet Archive : http://web.archive.org/web/*/http://htl.linguist.jussieu.fr